Carnet 1840

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Créateurs

Établir son propre rythme avec Rox Textile Art.

« Je me sers du tissu comme médium pour créer des objets d’art fonctionnels », explique Naila Janzen. L’artiste se procure d’abord ses tissus naturels localement, près de Winnipeg où elle réside. Puis, elle les utilise pour fabriquer à la main des courtepointes, des sacs et des coussins à vocation utilitaire. Suivant son propre rythme, la designer fait montre de persévérance en investissant son talent et sa créativité dans les étonnantes créations de Rox Textile Art. Là, le croisement bariolé des formes, des lignes et des couleurs attire le regard.

La géométrie est peut-être le seul modèle qui guide lart de Naila. Une préférence qui se traduit à la fois dans son esthétique et dans son processus créatif.

Une préférence qui se traduit à la fois dans son esthétique et dans son processus créatif. Les formes l’ont toujours fascinée, et l’application pratique d’un domaine comme les mathématiques l’attire. « Comment faire en sorte que tout sassemble pour en arriver à ce résultat ? », se demande la designer. Cette curiosité est à l’origine de la rencontre de la créativité et de la précision : tout doit être bien calculé pour mener le processus de création à terme. 

La passion de Naila pour la courtepointe est née à des moments clés de sa vie. Elle est apparue une première fois après l’opération de son mari. « Jai pris congé et javais du temps libre. J'ai donc décidé de faire une courtepointe, car javais toujours eu de lintérêt pour la chose », raconte-t-elle. Après avoir consacré temps et efforts à ce projet, elle doit malheureusement tout recommencer à zéro. « Ma courtepointe sest désagrégée dans la laveuse », se souvient-elle. Naila ne croyait pas s’y remettre alors. La passion fait pourtant un retour dans sa vie après un diagnostic de cancer du sein. Pendant sa convalescence, elle se repose chez elle avec bien peu d’énergie. « Je suis restée sur le canapé pendant quelques mois », raconte-t-elle. « Je passais tellement de temps à la maison, javais besoin dêtre productive », raconte Naila. Il lui fallait donc un projet de longue haleine, mais qu’elle pouvait ranger à tout moment. Elle se replonge alors dans le long et minutieux travail de la couture. 

Comme on peut l’imaginer, le travail à la courtepointe demande un effort considérable. « Cela prend beaucoup de temps », explique la créatrice. « Entre 30 et 40 heures du début à la fin. » Ce rythme imposé ancre le travail de l’artiste dans la dynamique du slow fashion et du slow made. À force de pratique, Naila a fixé sa propre mesure pour s’approprier l’art textile librement. « Je naime pas les patrons sauf les miens », explique-t-elle. « Je préfère mexprimer avec mes propres créations. »

C’est ainsi qu’on se sent immédiatement interpellé par les œuvres percutantes de Rox Textile Art, et l’on ne peut qu’apprécier le temps que l’artiste met derrière chaque pièce. 

découvrez
partagez
Inscrivez-vous à notre infolettre