Carnet 1840

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Créateurs

Égayer le corps et l’esprit.

Pour Catherine Therriault, il s'agit d'une aventure de jeunesse qui s'est matérialisée en entreprise explosive, innovatrice et couronnée de succès. La pétillante fondatrice ne s'en formalise pas. « En fait, les Pétards, ce sont des produits écolos qui sentent bon, et qui sont le fun », déclare-t-elle.

Toute une époque semble s'être écoulée depuis les débuts de l'entreprise en 2013. « Il y a cinq ans, les produits écolos, c'était très grano », se rappelle-t-elle. « Il n'y avait pas cet intérêt pour le produit naturel qu'on connaît en ce moment. » Pour mieux faire passer le message, la créatrice décide de jouer la carte déjantée. « Donc, ça a toujours été un peu ça, Les Pétards : mettre un produit écologique dans les mains d'une personne qui n'est pas nécessairement intéressée aux produits naturels », explique-t-elle. C'est cette mission de défrichage, comme elle l'appelle, qu'elle trouve motivante. « C'est ce que j'aime en fait, aller chercher les gens qui n'ont pas déjà accroché. » Tout en ratissant large, Les Pétards s'assurent d'offrir un produit respectueux de l'environnement. « La personne n'a pas d'effort à faire! » remarque Catherine.  

Ainsi, on retrouve de tout chez Les Pétards. « Mes clients ne sont pas seulement des gens qui aiment les produits écolos, ce sont aussi des gens qui aiment avoir du fun dans leur douche, qui aiment l’emballage et l’odeur, et qui veulent une expérience totale. » Il faut dire que les produits ludiques sont livrés dans un emballage accrocheur et coloré, en plus de porter des noms humoristiques, imaginés par Catherine. « Je m’amuse beaucoup! » déclare-t-elle avec enthousiasme. « C’est quelque chose que j’aime beaucoup faire, ça me vient assez facilement. »

De plus, chaque produit est conçu avec soin et dans le respect de l’environnement, même dans les moindres détails. Ainsi, les emballages et les tubes sont en plastique recyclable, et tout est fabriqué au Québec, ce qui inclut les étiquettes. Quant aux matières, elles sont toutes biodégradables et écologiques.

« Je fais beaucoup de recherches à chaque fois que je vais chercher un nouvel ingrédient pour savoir son impact sur l’environnement », explique la créatrice. Les Pétards offrent donc des produits qui sont entre 98 % et 100 % naturels. »

Le seul compromis? La fragrance, concoctée à l'aide d'huiles essentielles. « Le produit est excellent, mais la personne l'achète parce qu'elle trouve qu'il sent bon », dévoile l'entrepreneure. Du coup, c'est pour elle l'occasion de sortir des sentiers battus et de s'éclater, ce qui fait le bonheur des curieux, tout comme des amoureux du beau et du local.

Comme l'explique Catherine, il y a une différence majeure entre les différents aspects d'une entreprise de cosmétiques. « La fabrication, c'est un milieu d'homme », explique-t-elle. « Il y a beaucoup de charges lourdes à soulever, c'est un travail très physique, pas très glamour », dit-elle. « On porte des bottes à cap d'acier, un sarrau, un filet dans les cheveux, on travaille fort et on sue parce que c'est forçant », souligne la créatrice. Cela marque un contraste avec la suite des choses, où on obtient un produit final très léché.

« Je suis une vraie passionnée de la chimie cosmétique, ça me fait vraiment triper », déclare Catherine. Ce côté fait vibrer sa fibre intello, alors qu'elle a aussi l'occasion d'exploiter sa créativité au maximum. À la différence d'un savonnier traditionnel, l'expérimentation prend une grande place chez Les Pétards. « J'aime aussi la tradition, mais j'aime bien m'éclater là-dedans », dit-elle. « Je développe d'une manière très différente. J'utilise des matières un peu plus techniques, ce qui fait en sorte que j'obtiens un produit écologique avec une texture surprenante », explique-t-elle. « Je développe des méthodes de travail qui ressemblent à de la cuisine. Il y a ce côté inventif que j'aime, de ne pas regarder ce qui existe déjà. C'est surtout de trouver comment arriver au produit final que j'ai en tête, en passant par la chimie, la tradition et tout ce qui se fait », illustre-t-elle avec passion. La cuisine, la technique, la chimie, le marketing et le branding sont tous des aspects qui captivent la créatrice. « Les Pétards, c'est Catherine », s'exclame-t-elle. « Ça fait vraiment partie de moi. »  

Alors qu'elle a toujours eu un intérêt pour les produits pour le corps, c'est au cours de ses études que l'idée des Pétards germe dans son esprit. Elle passe trois ans à développer le concept et à concevoir ses propres recettes. Quelques mois après avoir obtenu son diplôme en commercialisation de la mode, elle lance les Pétards en septembre 2015. Catherine a alors 21 ans. « J'ai testé beaucoup de choses pour savoir c'est quoi Les Pétards et ce que je voulais faire avec ça », explique-t-elle. « Des fois, il faut essayer les choses pour savoir ce qu'on aime, et on se découvre à travers cela », confie-t-elle. C'est d'ailleurs dans cette optique qu'elle s'installe sur la Rive-Nord de Montréal, où elle ouvre son laboratoire et sa boutique, une aventure qui aura duré 2 ans et demi. « C'était un rêve pour moi, Les Pétards. Je voyais vraiment ça comme une boutique. Je viens de la fermer en janvier, au bout de 2 ans, après avoir réalisé que je n'aimais pas ça, avoir une boutique! » 

En cette année charnière, la créatrice compte maintenant retourner aux sources pour s'installer en Estrie, sa région natale, où l'attend un nouveau chapitre excitant pour Les Pétards. 

découvrez
partagez
Inscrivez-vous à notre infolettre