Carnet 1840

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Créateurs

Faire briller l’art.

Avec sa ligne de bijoux éponyme, Anne Dahl brouille la frontière entre l’art, l’artisanat et la mode. « J’aime beaucoup le processus industriel de la bijouterie, et à quel point le processus est abrasif et salissant alors que le produit fini est très attrayant et brillant », souligne la créatrice. Dans son travail, le processus créatif est tout aussi intéressant que les pièces finales que l’on porte. « Je m’occupe de toutes les facettes, du début à la fin », déclare Anne, qui œuvre dans son studio à Ottawa.

« C’est une chose avec laquelle je prends vraiment mon temps. Je réfléchis à la façon dont les gens vont porter une pièce dans leur quotidien. »

L’artiste crée des bijoux principalement à partir de métal et travaille surtout l’argent. Au fur et à mesure que les idées fusent, il y a très peu de préméditation dans le processus créatif de la designer. « Je crée de nombreuses façons différentes », explique Anne. « Parfois, je débute par des croquis, mais quelquefois, il arrive que le métal m’emmène ailleurs. J’aime partir de la matière et ne pas avoir une idée préconçue de ce que je veux. Ça me transporte dans toutes sortes de directions. » Cette approche s’inscrit dans la logique de ses réflexions. « Je puise beaucoup d’inspiration dans l’art conceptuel et éphémère, un sujet qui m’a toujours fascinée. J’y pense beaucoup quand je fabrique des bijoux », dit-elle. 
« Ce qui me captive, c’est la façon dont l’art conceptuel repousse vraiment les limites de ce que signifie le lien qu’on entretient avec quelque chose que l’on porte, l’intimité entre le corps et le métal et tout ce qui s’y trouve. »

À la suite d’un long voyage de jeunesse, Anne entreprend des études en joaillerie et en orfèvrerie, grâce aux encouragements d’une amie bijoutière. « J’ai suivi un cours et je suis absolument tombée en amour avec cet univers », se souvient-elle. Ses études l’ont conduite en Indonésie, où elle a pu poursuivre sa formation d’orfèvre, puis en Allemagne où elle a travaillé la sculpture sur pierre. Durant ses études, elle se concentre principalement sur la joaillerie et l’art conceptuel destiné à être exposé. Avec sa ligne de bijoux, la créatrice vise un produit commercial plus accessible. « Je me suis longtemps demandé si je devais choisir entre l’un ou l’autre », raconte l’artiste.
« Je crois que je fais un peu des deux. »

La beauté singulière des créations d’Anne Dahl interpelle un public des plus divers.
« Mes pièces sont destinées à tous, femmes, hommes, personnes de genre non conforme », déclare la créatrice. Depuis son lancement, sa ligne de bijoux a suscité l’intérêt d’un grand nombre de personnes. « Même les gens qui ne portent pas de bijoux découvrent mes bijoux et se disent que c’est quelque chose d’un peu différent qu’ils peuvent porter tous les jours », témoigne-t-elle.

En effet, l’expérience remarquable que constitue le fait de porter une œuvre d’art s’offre à tous, bien qu’il s’agisse d’un sentiment unique pour celui qui la porte.

découvrez
partagez
Inscrivez-vous à notre infolettre