Carnet 1840

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Chroniques

Une brève histoire du textile au Canada

16 déc 2019

C’est le retour du balancier : alors que la production textile est passée d’artisanale à industrielle en une centaine d’années à peine, le tissé, tricoté et filé à la main revient en force.


Entre utilité et spiritualité

À l’arrivée des premiers colons européens au XVIIe siècle, deux visions du textile se rencontrent : pour les membres des Premières Nations, les couvertures ont autant un rôle pratique que symbolique et spirituel. Pour les Européens, les textiles ont une fonction d’abord utilitaire, ensuite décorative et marchande. Les Premières Nations marient autant les matières animales que végétales : cuir tanné pour recouvrir les habitations, écorce, plantes fibreuses et poils pour les couvertures et objets du quotidien, alors que les colons favorisent la laine.

Malgré l’introduction de couvertures tissées industrielles de la Compagnie de la Baie d’Hudson comme articles de troc – couvertures qui sont ensuite modifiées et décorées, l’univers textile demeure un domaine manuel, et ce, jusqu’au milieu du XIXe siècle. Puis, les premières manufactures de coton et usines de tricot avec machines à tricoter mécaniques sont fondées entre 1826 et 1859. C’est un tournant majeur dans la production de textiles au Canada, alors que l’artisanal devient industriel.

Un savoir retrouvé

Les familles canadiennes continuent de tricoter des objets usuels, de tisser des catalognes et de coudre des courtepointes à la maison pendant longtemps, comme en témoigne la riche collection du Textile Museum of Canada, mais les vêtements et couvertures proviennent désormais en majorité de l’industrie.

Le tournant du XXe siècle voit apparaître les premiers textiles synthétiques comme la rayonne, le nylon et le polyester. Face à cette industrialisation, plusieurs créateurs canadiens décident de revenir à une fabrication artisanale, en fusionnant les techniques ancestrales et les méthodes modernes pour valoriser notre patrimoine textile et culturel tout en encourageant la consommation éthique.

Trois créatrices du textile à découvrir

Gibou

C’est parce qu’elle aimait elle-même tricoter que Sarah Beaudoin a fondé Gibou. Ce qui a commencé par une simple tuque maison est devenu une entreprise fondée sur des valeurs de confection locale et de valorisation de matière noble. Ses jetés à mailles géantes sont faits de laine mérinos non filée, ce qui rend la matière délicate comme un nuage. Leur design contemporain juxtaposé à la fibre naturelle est le mariage parfait entre modernité et tradition.

Magasinez la collection Gibou

Foutu Tissu

«Créer les motifs, c’est un peu la base, autant de l’ameublement que du vêtement», explique Emanuelle Dion de Foutu Tissu, qui dessine ses propres motifs avant de les imprimer pour recouvrir coussins et petits meubles. Cette designer textile, bachelière en arts plastiques, a été attirée par les tissus comme support pour ses créations. Elle transpose ses designs sur le velours, au début par sérigraphie, aujourd’hui par impression numérique, car «il y a quelque chose dans le motif de tellement fait main, de profondément artistique».

Pourquoi le velours? «J’aime le velours! C’est le tissu qui s’imprime le mieux, côté finesse et qualité des lignes, mais aussi parce que les couleurs sont vives et que c’est doux et résistant.» Foutu Tissu n’a pas attendu que le velours revienne en force pour en tomber amoureux!

Magasinez la collection Foutu Tissu

Rox Textile Art

Héritière d’une riche tradition qui remonte au XVIIIe siècle, Naila Janzen de Rox Textile Art insuffle un vent de créativité dans l’art ancestral de la courtepointe. Ses créations colorées et géométriques, qu’elle coud à partir de tissus naturels, demandent entre 30 et 40 heures de travail chacune. Sous ses doigts, un simple coussin devient objet d’art!

Magasinez la collection Rox Textile Art


Comme les couvertures et les accessoires de maison, les tapis ornent nos pièces tout en nous rappelant d’où nous venons. À lire : notre chronique sur les tapis au fil du temps!
 

découvrez
partagez
Inscrivez-vous à l'infolettre de SimonsInscrivez-vous à notre infolettre