Carnet 1840

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Chroniques

Fabrique 1840 a un an!

4 oct 2019

Créer un écosystème dans lequel les artisans canadiens seraient mis en vedette : voilà la mission de Fabrique 1840 par Simons. Lancée le 4 octobre 2018, la plateforme exclusivement en ligne proposait non seulement de soutenir les créateurs locaux, mais aussi de rassembler le talent et la créativité autour d’un même amour du fait main.

Un an a passé et la passion du design canadien est toujours aussi forte au sein de l’équipe. Pour cet anniversaire, Fabrique 1840 a décidé de laisser la parole à trois créateurs qui, chacun à leur manière, ont pu grandir au sein de la plateforme tout en participant à créer une grande communauté d’artisans et de passionnés!
 

A+J Métissage : une visibilité bénéfique

Comme tous les designers de la plateforme, les artisans montréalais derrière A+J Métissage, Amélie et Julien, ont l’œil pour les beaux objets. C’est pourquoi ils sont heureux d’en faire partie aux côtés d’autres créateurs de talent. «Il y a une direction artistique à la plateforme : c’est, comme on dit en anglais, curated. Le site est esthétique, cohérent tout en ayant une offre variée. Tout le monde participe à la notoriété de tout le monde.» Cette notoriété se traduit en ventes, alors que la moitié des ventes en ligne d’A+J Métissage sont réalisées via le site de Fabrique 1840.

«Je compare souvent le fait de travailler avec Fabrique 1840 à la différence entre ouvrir une boutique sur une petite rue marchande ou dans un centre d’achats. L’achalandage qu’apporte la marque Simons a une grande valeur pour nous», confie Julien. Ce qui fait vraiment plaisir au duo derrière A+J Métissage, c’est d’être découverts parmi d’autres artisans. «Ceux qui ne nous connaissent pas peuvent nous découvrir via la plateforme ou sur le compte Instagram de Fabrique 1840, et ça, ça nous intéresse beaucoup!»
 

Laucolo : à la conquête du marché anglophone

Illustratrice et créatrice depuis plusieurs années, Laurence de Laucolo songeait à la prochaine étape de son entreprise. L’an dernier, elle a reçu une bourse de Fabrique 1840 afin de financer sa présence au programme Accélérateur de Quartier Artisan. C’est alors que tout s’est enchaîné! «Au même moment où j’avais envie de mettre plus d’énergie sur mon volet papeterie, j’ai eu la bourse, puis je suis arrivée au sein de Fabrique 1840. Ça m’a permis d’augmenter mes ventes d’affiches et de vraiment prendre la direction que je voulais prendre!»

Laurence avait déjà en tête de traduire ses affiches de botanique en anglais, mais sa présence sur la plateforme pancanadienne ainsi que l’événement de la boutique éphémère de Toronto lui ont donné la petite poussée nécessaire pour faire le pas. «Il y avait clairement un potentiel à saisir, j’en rêvais et ça me permet de percer ailleurs au pays. Le nombre de ventes par mois est significatif! Ça m’aide aussi à mieux comprendre ce qui marche, ce que les gens aiment le plus.» En riant, Laurence raconte qu’elle va désormais plus souvent au bureau de poste pour poster ses colis. «Ça a changé mon rythme de vie, mais pour le mieux!»
 

Uppdoo : séduire le marché québécois

Fier Torontois, Ricky d’Uppdoo avait déjà une belle réputation comme maroquinier dans la métropole, mais l’arrivée au sein de la famille Fabrique 1840 lui a permis d’ouvrir ses horizons. «Nous sommes un studio très local, connu par des gens du coin. Nous avons notre boutique à Toronto, notre clientèle est principalement située en Ontario. Mais depuis que nous travaillons avec Simons, ça a réellement changé tout l’aspect business d’Uppdoo!»

Ricky souligne que la synergie avec Fabrique 1840 lui a ouvert des portes dans le marché québécois. «Près de 80 % de nos ventes sur le site proviennent du Québec. C’est énorme! Nous sommes reconnaissants de cette opportunité, car sans le partenariat avec Simons, nous n’aurions pas pu percer le marché. C’était difficile pour nous de nous faire inviter à des foires d’artisans au Québec, parce que personne ne nous connaissait!» Ce qui touche beaucoup Ricky, aussi, c’est la réponse de la clientèle à ses créations. «Ça me fait chaud au cœur de voir que les gens comprennent ce que je fais, ils sont très réceptifs à l’art du fait main, ils sont sensibles au fait que je me dévoue corps et âme à mon design.»

En soufflant sa première bougie, Fabrique 1840 fait un vœu : que l’année à venir lui permette de réunir encore plus d’artisans canadiens qui partagent les mêmes valeurs de qualité, de singularité, de durabilité et de savoir-faire.

Découvrez l'univers Fabrique 1840!

découvrez
partagez
Inscrivez-vous à notre infolettre