Carnet 1840

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Chroniques

Aux racines de l'alimentation : manger végane avec YYY

5 jui 2019

Que ce soit dans sa pratique de céramiste ou à la tête de ses Vegan Secret Suppers, l'artiste multidisciplinaire Mérida Anderson de YYY met de l'avant le bonheur de se rassembler et le respect du travail de la terre.

*Note : À la demande de l'artiste, ce texte est écrit de façon non binaire. Le prénom iel est un pronom neutre qui combine le il et le elle.


Tisser des liens entre inconnus

C'est lors d'une pause de création que Mérida, alors en voyage à Halifax, s'est intéressé.e* au concept de supper club. Encore peu connu au Canada à ce moment, il rassemble des inconnus à des rendez-vous dans une maison privée pour un repas gastronomique cuisiné par l'hôte ou l'hôtesse. «Je fabriquais des vêtements à l'époque, mais j'ai dû prendre une pause de la mode. Je suis parti.e en voyage sur la côte Est et, à Halifax, j'ai rencontré quelqu'un qui faisait des supper clubs, des repas trois services sur des tables communales. Et je me suis dit "voilà ce que je veux faire"!»

C'est dans son minuscule appartement de Vancouver que Mérida lance ses premiers Vegan Secret Suppers en 2007. «Les soupers communautaires, ce n'était pas très connu à ce moment-là! Au début, les gens trouvaient ça étrange d'aller manger chez un ou une inconnu.e.» Si les premiers instants sont ponctués de malaise, très vite, les invités se lient d'amitié. «Moi aussi, j'y ai rencontré des amis, des gens que je n'aurais pas pu rencontrer autrement, des gens d'autres cercles sociaux.»

En 12 ans, Mérida a accueilli des inconnus chez iel à Vancouver, New York et Montréal. Beaucoup de ses invités reviennent, souper après souper, ce qu'iel considère comme très précieux. «Ça a à voir avec le fait que ma cuisine est végane : comme c'est niché, les gens ont plus tendance à revenir. Il est plus difficile de visiter une foule de restos et d'avoir une expérience différente chaque fois quand on est végane. C'est ce que j'offre.»
 

La cuisine végétalienne à l'honneur

Lorsque Mérida entre en cuisine, le choix de cuisiner des plats véganes lui vient naturellement. «Cela fait plus de 20 ans que je n'ai pas mangé de viande, c'est une constante dans ma vie. Je ne cuisine pas non plus de fausse viande.» Ses menus se font sans viande ni produits laitiers, basés sur la fraîcheur des produits de saison, des fruits et légumes du marché. Ce qu'iel sert dans l'assiette est à la fois gastronomique et nourrissant. «J'aime cuisiner des plats qu'on ne ferait pas en semaine, qui sont gastronomiques tout en étant accessibles. Mais je veux aussi que les gens sortent de table repus : trois jolies bouchées dans une assiette, ce n'est pas mon genre!»

Sa passion de la cuisine végane l'a mené.e à écrire et à illustrer un livre, Vegan Secret Supper : Bold & Elegant Menus from a Rogue Kitchen (publié chez Arsenal Pulp Press). Sa recette préférée, celle qui serait au menu si iel avait un restaurant? Les fettucine Alfredo, sauce crémeuse à la noix de coco. L'écriture d'un livre de recettes a donné à Mérida l'envie de renouveler l'expérience. «Je veux vraiment écrire un deuxième livre, en mettant davantage en valeur mes céramiques. Je crois que ce serait très cool de marier les deux.» C'est d'ailleurs ce qu'a fait la Montréalaise Trudy Crane, elle aussi céramiste et végane, avec son livre Saisons : la table végane, qui marie recettes et pièces de céramique.


Retour aux sources

Que se soit en cuisine ou dans son atelier, Mérida sait combien il faut de temps pour bien faire les choses, tout à fait dans un esprit de slow made et de slow living. «Lorsqu'on fait la cuisine, c'est important d'être conscient de la provenance de la nourriture, que ce soit une tomate ou une pièce de viande. Quand tu fais pousser tes propres tomates, et que tu les manges en plein été, tu comprends tout le travail qu'il y a dans le fait d'arroser la petite graine, de s'en occuper, de la voir pousser. Tout comme on doit respecter la nourriture, on doit aussi respecter le temps que ça prend à la cuisiner, le travail qu'on y met.» Une philosophie partagée entre autres par le duo derrière U Main, qui propose un ensemble de fabrication maison de fauxmages véganes.

Le parallèle avec le travail de céramiste se fait naturellement. «Peu de gens savent que ça peut prendre près de trois semaines à faire une simple tasse à la main. Il y a une valeur à la tomate, ou à la tasse qui est définie par le temps pris par la tomate à pousser, ou le temps investi à faire les choses. C'est important pour moi d'aller aux racines des choses dans ma vie.»

Crédit photos : Vegan Secret Suppers

découvrez
partagez
Inscrivez-vous à notre infolettre