Visitez le blogue de La Maison Simons et inspirez-vous des dernières tendances Recherche par image

Blogue

Zoom sur les marques coup de cœur, les histoires inspirantes et nos événements phares.

En vedette

HAUSSER LA BARRE POUR L'ART ET LA CULTURE : Emily Molnar de Ballet BC nous propulse dans le futur du ballet

26 oct 2017

Lorsque Emily Molnar a assumé le rôle de directrice artistique de Ballet BC, la compagnie de ballet vancouvéroise était au bord de la faillite – une institution culturelle de plus qui n'était pas encore arrivée à prendre pied dans ce nouveau monde numérique au rythme effréné.

Mais grâce à quelques bonds d'ingéniosité et à sa motivation évidente même comme ballerine en devenir dès l'âge de six ans, Emily a réussi à réimaginer un futur qui va bien au-delà des quatre murs traditionnels du théâtre. « L'important est d'être agile et fluide, » explique-t-elle. 

« Chez Ballet BC, nous sommes tous des danseurs de formation classique, et nous partons de cette formation et de cette technique comme base pour élaborer un nouveau langage en danse. » Les pièces exécutées par ses danseurs sont visionnaires, chorégraphiées par Emily, ainsi que d’autres talents d’envergure internationale tels que Cayetano Soto et Sharon Eyal, tous les deux récipiendaires de plusieurs prix. « Nous créons toujours de nouvelles œuvres.
Je suis si emballée par ce qui pourrait exister versus ce qui a déjà existé. » 

Ses huit années en poste ont été remplies d'honneurs y compris celui de l'Ordre du Canada. Les moments marquants : des productions contemporaines et stylées qui ont fait parler les spectateurs, mais surtout, qui les ont attirés. « Une femme à Santa Barbara m'a dit "J'ignorais que la danse pouvait prendre cette forme. Je ne savais pas si c'était un homme ou une femme. Cela permet aux hommes d'être vulnérables, et aux femmes d'être fortes," » se rappelle Emily. 


Non seulement elle a rendu les portes du Queen Elizabeth Theatre, le domicile de Ballet BC, grandes ouvertes; dans un sens, elle a aussi arraché les rideaux séparant les spectateurs des artistes. La compagnie propose des séances de questions-réponses, des ateliers en coulisses et des aperçus du studio de danse à travers des médias sociaux créés par les danseurs. Sa mission était de faire en sorte que chaque personne dans la salle ressente une connexion.
« Sans spectateurs, il ne peut pas y avoir d'art de performance. Chaque fois qu'un danseur met le pied sur scène, c'est une conversation. Si une personne nous accorde son temps, qu'allons-nous partager avec elle? »

 

Emily désire que tous participent à cette conversation sans mots,
ce qui s'adonne aussi à être l'impulsion responsable de sa collaboration avec Simons :

« Ma philosophie a toujours été qu'une place libre dans la salle ne signifie pas nécessairement que personne ne voulait y être. Le Balcon de la communauté Simons nous permet de rejoindre un public élargi en offrant des billets à 15 $. De plus, Simons entretient une superbe relation avec la communauté. C'est une entreprise innovatrice, qui s'implique : j'adore ses valeurs et la façon dont elle a été fondée. »

LES TOURNÉES SONT UNE AUTRE FACETTE DES EFFORTS D'EMILY DANS LE BUT D'ÉLARGIR LA DISCUSSION - ET LE MONDE EST PRÊT À S'ASSEOIR ET À ÉCOUTER :
de Los Angeles à Sadler’s Wells à Londres, Ballet BC se produit dans les salles de danse les plus célèbres et planifie des performances bien dans le futur. C’est une fin moderne au conte de fées de la jeune ballerine qui a toujours su que son rêve allait au-delà d’un rôle.  

Fidèle à son thème de classiques réinventés, Emily et Ballet BC sont au beau milieu des répétitions pour Roméo et Juliette : « J'ai un faible pour Prokofiev. » Mais il n'y a aucun doute que sa version amènera les spectateurs non seulement à remplir la salle, mais aussi à la quitter en bondissant, remplis de l'énergie et de l'effervescence conférées par Emily à Ballet BC.