Blogue

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Zoom sur les marques coup de cœur, les histoires inspirantes et nos événements phares.

En vedette

Conversation avec Catherine Simard

17 avr 2019

À l'occasion de notre collection Propulser l'écho, l'influenceuse et globe-trotteur Catherine Simard s'est prêtée au jeu d'ambassadrice photographe i.FIV5 pour la deuxième fois d'affilée. Accompagnée de son conjoint et grand complice Alexis Pageau, Catherine s'est rendue au parc de Golden Ears, en Colombie-Britannique, afin de faire vivre les pièces de notre capsule écoresponsable au cœur de paysages à couper le souffle. Le résultat l'est encore plus!


Avec plus de 100 000 abonnés sur Instagram et près de 250 publications toutes plus belles les unes que les autres, Catherine Simard est définitivement une photographe à suivre et à connaître. Retour sur son parcours, sa passion et ses engagements. 

Quel a été le déclic concernant le chemin que tu empruntes aujourd'hui ?


Après dix ans de mannequinat et quelques années de stylisme, je me suis demandé si j'étais profondément heureuse. Je me suis rendu compte que quelque chose manquait à ma vie ; une chose qui me permettrait de me sentir libre et moi-même. C'est après un long voyage à travers l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Ouest canadien que j'ai réalisé que la randonnée et la photographie étaient la recette du vrai bonheur.

Parle-nous un peu de @mydetoxtravel.

 

Ce projet vient d’un désir d’inspirer les autres, non seulement à voyager et à explorer notre belle planète, mais également à réfléchir ; réfléchir à son quotidien et au monde dans lequel on évolue. Beaucoup d’abonnés m’écrivent à propos du voyage ou du « road trip » en solitaire que leur ont inspiré mes photos. Cette manière d’apporter du bon dans la vie des gens est l’une des choses qui me rend la plus heureuse.


Tes photographies sont d’une qualité démesurée. C’est de la pure évasion dans chaque prise! À quoi ressemble ton parcours dans cette discipline?

 

Merci beaucoup! Mon premier contrat en tant que photographe était assez inusité. Une compagnie australienne de bandanas qui commanditait mon petit-ami Alexis a vu mon travail sur ma page Instagram (jadis @cathsim_outdoors). Ils m’ont contactée pour produire des photos. À cette époque, je n’avais pas de caméra, seulement mon téléphone. J’ai quand même fini par accepter l’offre. Ce premier contrat m’a poussée à poursuivre dans la photographie et à m’améliorer rapidement.
Les réponses positives face à mon travail m’ont donné envie de continuer dans cette direction. Je suis partie en Nouvelle-Zélande pour développer mon portfolio. Petit à petit, les compagnies ont commencé à me contacter pour prendre des photos de leurs produits, des démarches devenues récurrentes. J’ai ensuite eu l’idée de faire des ateliers à l’international puisque j’adore enseigner. Cette combinaison de création de contenu et de cours me permet d’être photographe à temps plein et de vivre de ma passion. 

Tu places les rencontres et la nature au cœur de ton art. Comment te positionnes-tu face aux grandes questions écologiques ?


J'essaie d'éduquer du mieux que je peux ma communauté à propos de la préservation de la faune, de la flore et de l'impact environnemental de l'humain sur son écosystème. Je discute régulièrement de l'importance du « sans trace », du respect des sentiers, du réchauffement climatique, de la fonte des glaciers et de bien d'autres sujets qui me tiennent à cœur. 

Quelles sont tes pièces favorites de notre capsule Propulser l’écho?


J’adore l’anorak jaune et les leggings camouflage. La coupe carrée de la veste permet la superposition si le temps est plus frais. En plus d’être pratiques, confortables et de sécher rapidement, ce sont de beaux morceaux qui se marient parfaitement dans une photo de paysage, détail important pour moi!

Pourrais-tu nous parler du déroulement de cette deuxième séance photo avec Simons et i.FIV5? Comment prépares-tu ce genre de collaboration?


Nous voulions rester au parc de Golden Ears pour les trois jours prévus. Malheureusement, les lieux étaient fermés pour la durée de notre séjour alors nous avons dû y aller avec notre plan B. Nous sommes partis à la recherche d’endroits qui conviendraient à cette collection printanière. Les conditions étaient loin d’être idéales ; la température descendait parfois à -10 degrés. Pas facile lorsqu’on doit se mettre en brassière de sport! En fin de compte, nous sommes très contents du résultat. Nous nous estimons chanceux de pouvoir faire ce type de projets en couple et en partenariat avec Simons.

Que contient la valise d'une globe-trotteur comme toi? Quelles sont tes astuces pour rester protégée durant une séance photo à -20 degrés?


J'ai froid facilement alors j'apporte toujours un manteau chaud, assez épais, de la marque The North Face. En dessous, j'aurais enfilé une base en mérinos pour le haut et le bas, puis une base polaire. Je termine par une veste matelassée mince juste avant le manteau. 

As-tu une activité de plein air favorite en dehors de la photographie?


La randonnée et le trekking arrivent côte à côte avec la photographie. Puis la marche en altitude. Cela m'énergise grandement et m'apporte un sentiment de paix incomparable. 

Quel endroit t'a le plus marquée par sa beauté au Canada?


Sans hésitation l'Alberta avec ses hautes montagnes particulièrement photogéniques, ses centaines de sentiers et son côté sauvage. Pour y avoir été plusieurs fois, je considère cette province comme ma deuxième maison et l'origine de ma passion pour la randonnée et la photographie de paysages.

Rendez-vous en magasin ou sur le site de Simons pour découvrir notre collection écoresponsable Propulser l'écho.

À l'achat de chaque article, 5 $ sera remis à la Société pour la nature et les parcs du Canada dont la mission est de protéger les milieux sauvages nationaux. Une manière intelligente de contribuer à la protection de notre belle et grande nature canadienne tout en satisfaisant les amoureux de sport!

Inscrivez-vous à l'infolettre de SimonsInscrivez-vous à notre infolettre